J'ai été couronnée !!!

Ben oui, mais les molaires.

Je n'ai rien senti !

A part la sensation d'étouffer la bouche ouverte.

L'aspirateur d'un côté de ma bouche maintenant fermement ma langue et le pulseur à eau de l'autre.

La bouche déformée par ces deux instruments, mes yeux aspergés d'eau, ceux du dentiste aussi d'ailleurs, mais lui porte des lunettes, moi non. Ma tête en arrière, je cligne des yeux, j'en ai marre de me faire arroser. Le dentiste tient bon jusqu'à la fin (il n'a même pas de crampes à la main !)

Je suis tellement crispée, à la date du rendez-vous, que je ne dors pas (trop de mauvais souvenirs d'enfance avec les dentistes), mais je me dis que je pourrais manger à nouveau ce que j'aime sans risquer de casser encore plus mes dents.

A force de me les dévitaliser il ne m'en reste presque plus de vivantes. Elles se fragilisent au fur et à mesure que les années passent et changent de couleur puis se cassent.

Il prépare donc ma molaire et je reçois quelques débris de plombage au fond de la gorge (question : peut-on avoir une entaille à l'intestin avec un bout de plombage pointu ?), c'était juste pour savoir quoi !

Je m'imaginais avalant l'embout de l'aspirateur du dentiste (ça peut arriver ?)

Il a cherché un moule en forme de cône pour connaître la dimension de ma dent, l'a rempli d'amalgame, pour la reconstituer, puis lui a fait des retouches pour qu'elle ne gêne pas lors de la mastication.

Vient le tour des empreintes (pas les digitales). Il cherche le support qui correspond à la largeur de la bouche, rajoute une espèce de pâte à modeler bleue (comme les schtroumpfsschtroumpfs), il vous met le tout dans le bec et on doit rester tranquille sans bouger, surtout pas bouger!

  Et là pendant une minute qui nous semble une éternité, on se regarde dans les yeux et on ressemble à quoi ?

A quelqu'un qui vient aux urgences avec un étrier dans la bouche...

Le pire c'est le démoulage, lorsqu'on ouvre la bouche, qu'il tire pour décrocher le support, on a vraiment l'impression que toutes les dents vont rester accrochées à la pâte, mais non, ce n'est qu'une désagréable sensation.

Après encore une empreinte, le tour est joué, envoi au prothésiste dentaire.

Rassurez-vous je n'ai eu aucun mal, j'ai juste flippé lorsqu'il m'a dit qu'il pouvait arranger une de mes molaires en enfonçant une tige dans ma mâchoire.-

Les dentistes devraient nous mettre un casque avec de la musique au bout pour qu'on n'entende pas le bruit des instruments qu'il utilise, comme quand on passe un IRM.

Après tout même si lui nous parle, nous on peut pas lui répondre. Vous êtes bien d'accord ?  A moins d'être ventriloque, sinon il vous râpe la langue avec la roulette. Si si.